Tristan Bourbouze, le nouveau directeur du CCU. Cet homme veut vous faire rêver...

… et il en trouvera les moyens. La petite flamme qui brille au fond de son regard ne trompe pas. A 48 ans et une expérience de gestionnaire et de responsable de programmation complète dans de grandes institutions culturelles comme l’Opéra de Lille et la Criée - Théâtre national de Marseille, Tristan Bourbouze a l’âge idéal. L’âge des défis qui marquent dans une vie professionnelle. Ce ne sera pas faire grande entorse à Beaumarchais que de dire qu’à la direction du CCU, “il fallait un calculateur et ce fut un danseur, musicien et calculateur qui l’obtint...” Boutade ? Pas vraiment, explique-t-il : “Le hasard a voulu qu’après mes études de philosophie et de gestion, mon premier travail a été la gestion d’un orchestre de musique baroque. Je suis passionné de musique classique, c’était une chance de démarrer dans cette voie-là.” La musique n'a plus quitté sa vie depuis et il renforcera certainement sa présence dans les programmes du CCU. Toutes les musiques, et toutes les disciplines : “Un théâtre est un lieu de désir, de fantaisie. Comme il s’agit de donner du sens au monde qui est le nôtre, par les chemins de la rêverie, ce grand théâtre doit apparaître au public comme le gage d’un bon moment, une école de la curiosité. Il faut aller vers les gens, qu’ils sachent que c’est ici que “ça se passe”, qu’ici on trouve le “gai savoir”, celui qui réjouit et rend plus vivant. Pas avant-gardiste, ni pointu - il y a d’autres salles pour cela - mais un lieu singulier, avec sa personnalité, insolite - et insolent parfois !

Un jardin secret. Où l’on a envie d’aller, parce qu’on y trouvera quelque chose de différent. Et pas seulement en soirée, qu’on puisse y boire un verre quand on veut. Avec de la danse, des moments de jazz, des expos, des débats, des rencontres avec des artistes, des auteurs, des scientifiques… Que ce soit une espèce de caravansérail culturel, un endroit de rêve, qu’on ait l’impression de pénétrer un autre monde en y entrant, passer une frontière...” C'est ce qu'a fait lui-même ce méridional en s'installant à Bruxelles, où son épouse exerce des fonctions de gestion à La Monnaie. Directeur financier depuis un an aux Halles de Schaerbeek, Tristan Bourbouze a eu ainsi “une bonne entrée en matière pour saisir les subtilités des réglementations fédérales et régionales.” Ses origines, déjà, sont une sorte de visa pour une ville aussi cosmopolite que Bruxelles (né au Maroc de parents coopérants, mère polonaise, père parisien). Son attirance pour la capitale belge et pour la commune d’Uccle où il réside sont autant de gages de son enthousiasme communicatif pour cette aventure qui commence.
 

Restez informé !

Pour recevoir notre newsletter:

Wolvendael Magazine

lire le magazine en ligne

LA SAISON
nov 2019 >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30
Festival La Cerise du Gâteau
Lorem Ipsum.