temp3
réservation
Dates:
Auteur:Catherine Graindorge
Production:Coproduction du Théâtre Les Tanneurs et du Théâtre de Namur. Avec l'aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Service du Théâtre) avec le soutien du Théâtre des Doms
Avec:Catherine Graindorge
Organisation:CCU
Durée:1h
Entracte:Non
Extrait vidéo:video
Catégorie 1:25.00
Senior (+65 ans) cat. 1:22.00
Etudiant (-26 ans) cat 1: 12.00
THEATRE - Avant la fin

Un homme meurt, une fille perd son père. C’était le 19 avril 2015: ce père était Michel Graindorge, l’avocat engagé, pugnace, au caractère de roc. Sa fille, la comédienne et violoniste Catherine Graindorge. Loin de tout hommage, elle raconte le lien père-fille et la perte de ceux qu’on aime.

Dans ce spectacle qu’ensemble ils ont voulu, Catherine Graindorge revient en mots, en images et en musique sur les quinze derniers mois de la vie de son père, sur leur passé commun mais aussi et surtout sur le présent, sur ces traces que nous laissent les absents. Raconteuse d’histoires, elle distille les émotions, joue avec l’absurdité des situations, manie la poésie des images et l’humour pour construire un récit à la fois lucide, drôle, tendre et touchant. Elle évoque sa vie si riche et dense au départ de traces laissées par celui qui prenait tant de place: des lettres, photos, archives audio et vidéo anciennes, une partition, le journal de Michel Graindorge, ses mots laissés sur un dictaphone. Rien de larmoyant ni d’hagiographique dans ce seule en scène très pudique mais une façon très personnelle et intimiste de raconter ce que fut la vie de ce père imposant. Fils de gardien de prison, cet avocat très à gauche a combattu avec fougue les conditions de l’enfermement carcéral en Belgique. Il les a subies lui-même pendant quatre mois suite à la spectaculaire évasion de son client François Besse, dans laquelle il n’était pour rien... Catherine Graindorge, qui devint “sa confidente, son aide-soignante, sa mère” dans les derniers mois, réussit avec pudeur, au-delà de l’émotion, à nous faire rencontrer l’homme que fut son père.

“Elle évite tout pathos pour plaider, avec la plus grande simplicité, les chemins de l’amour filial. Qu’y a-t-il de plus beau qu’une femme qui fait la paix avec son père et avec elle-même?”

Catherine Makereel - Le Soir.

Restez informé !

Pour recevoir notre newsletter:

Wolvendael Magazine

lire le magazine en ligne

LA SAISON
mai 2018 >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
Billetterie

La billetterie sera fermée du lundi 2 juillet au dimanche 29 juillet inclus.
>> Lire la suite