Au lendemain des vacances de Pâques, que nous vous souhaitons délicieuses si vous en prenez, place au Théâtre Jeune Public. Nous avons déjà dit ici l’excellence des compagnies belges en la matière, reconnue internationalement et l’importance d’amener les enfants au théâtre. En complicité avec l’ASBL Reform, nous avons à cœur de sélectionner pour eux les meilleurs spectacles.

Les 16 et 17/4 "Cache-cache", www.repsswiss.com une création du Théâtre de La Guimbarde, destinée aux tout-petits dès l’âge de 2 ans, aborde le rituel du coucher, ce moment particulier où se succèdent des émotions diverses, des moments de partage parent-enfant, qui tournent souvent au plaisir de se cacher, pour mieux se découvrir. Mis en scène par le grand chorégraphe japonais Yutaka Takei, "Cachecache" est un spectacle physique et poétique, Prix de la Ministre de l’Enfance 2017 et salué par la critique. Il recourt avec bonheur aux arts du cirque avec Pierre Vatour et de la danse avec Sara Olmo, pour illustrer le propos de manière lumineuse et jouissive dans un décor couleur soleil. Il fera le bonheur des enfants au CCU avant une tournée en Italie, en Suisse, en Angleterre, à Varsovie et à Shanghai.

Le 3/5, le talentueux Théâtre des 4 Mains présentera aux enfants de la 2e à la 6e primaire le dernier spectacle du cycle de cette saison "La guerre des buissons", une adaptation du roman de Joke Van Leeuwen "Toen mijn vader een struik werd" (Quand mon père est devenu un buisson), salué par 5 Chouettes au Prix Versele 2018. C’est l’histoire de la petite Toda, 7 ans, qui doit fuir son pays, la guerre (thème récurrent cette année dans le théâtre Jeune Public), quitter sa famille, traverser une frontière pour être en sécurité. Des marionnettes de tailles diverses, allant de la taille humaine à celle d’un pouce, créées par Aurélie Deloche, des décors colorés et de dimensions variables, des comédiens illustrent avec émotion les questionnements et les sentiments de la fillette. Coup de cœur de la presse en 2017 pour ce spectacle non dénué d’humour, salué pour sa pertinence – faire comprendre les questions de la migration aux enfants - et sa qualité artistique.

C’est un enfant indien, Sunny Pawar, qui fait l’affiche de "Lion", le film du réalisateur Garth Davis à voir lors de notre Ciné-Club le 22/4. Une histoire vraie vécue par un garçon qui, endormi dans un train, se retrouve seul, à l’âge de 5 ans parlant le hindi et non le bengali, perdu dans Calcutta, bien loin de chez lui, doit se débrouiller jusqu’à l’accueil dans un orphelinat, avant d’être adopté par un couple d’australiens, Nicole Kidman et David Wenham. 25 ans plus tard, bien intégré à la société australienne, il part néanmoins à la recherche de sa famille... Dev Patel, que l’on avait vu dans Slumdog millionnaire, a tout fait pour incarner Saroo adulte. Ce film a bénéficié de 6 nominations aux Oscars 2017, dont celle du meilleur film et n’en a finalement obtenu aucun mais a reçu bien d’autres prix et récompenses.

Entretemps, ne manquez pas la vie sur scène de l’enfant terrible de la littérature, incarnée avec talent par Caroline Loeb, qui reprend les termes mêmes de l’auteur de ‘Bonjour tristesse‘, d’où le titre de son spectacle "Françoise par Sagan". A voir le 18/4.

Alexis Michalik n’a pas attendu longtemps non plus pour triompher au théâtre. Le voilà jeune trentenaire propulsé au pinacle pour ses créations par ses confrères, lors des éditions successives des Molières: 3 Molières, dont meilleur auteur et meilleur mise en scène pour "Le Cercle des Illusionnistes" qui occupera la scène du CCU les 25 (Omnithéâtre), 26 et 27/4, ainsi que Prix du jeune auteur dramatique Béatrix Dussane-André Roussin de l’Académie française. Alexis Michalik revisite en effet le théâtre à sa manière et joue sur les ressorts d'enfance de l'adulte le plus exigeant. Ici, il rend hommage à deux grands artistes. Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871), le plus célèbre illusionniste français du XIXe, horloger, constructeur d’automates, prestidigitateur, père de la magie moderne et de mille trucs qu’il utilisait dans son théâtre éponyme, et Georges Méliès (1861-1938), illusionniste, qui le racheta en 1888. En 1896, Méliès découvrira les images animées par les frères Lumière, deviendra à son tour réalisateur de films et mêlera dans son théâtre spectacles vivants, projections et illusion. La vie est un cercle.

Impossible de ne pas déjà attirer votre attention sur un spectacle aussi touchant qu’original, l’hommage d’une fille artiste, Catherine Graindorge, à son père défunt, l’avocat Michel Graindorge, qui occupa la une de la presse à de nombreuses reprises, un homme de combat, contesté par les uns, adulé par les autres. "Avant la fin" est un spectacle tout en douceur, en nuances, en délicatesse, en originalité et alors que la mort par euthanasie en est le déclencheur et le fil rouge de la pensée de Catherine, comédienne et musicienne, elle est l’occasion de parler de la vie d’un homme, son père, le plus simplement et le plus élégamment du monde, sans pathos, sans occultation ou gommage de moments graves et difficiles de sa carrière. Un hommage en finesse et en vérité, une ode poétique mâtinée d’humour. Un petit bijou. A voir le 23/5.

Jacqueline Rousseaux
Présidente CCU
 

Restez informé !

Pour recevoir notre newsletter:

Wolvendael Magazine

lire le magazine en ligne

LA SAISON
mai 2018 >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
Cerise du Gâteau

La programmation est en ligne!
>> Lire la suite